EP1 – ON PARLE PHOTO

Bienvenue dans 36 POSES, le podcast qui vous parle de photographie.

Comme promis, voici les liens des copains qui m’ont aidé à réaliser ce premier épisode ainsi que la mise en place globale du podcast :

Louis – SPATIUM : https://feed.ausha.co/yA8rjCDJPqx0

Niko – Le streetcast de Niko : www.blablahightech.fr/feed/podcast/streetcast-blablahightech

Kevin – Pas de podcast mais son Instagram est super cool : www.instagram.com/kvnhikari/

N’hésite pas à t’abonner au podcast et à me suivre sur les réseaux sociaux pour ne pas louper les prochains épisodes !

Instagram : https://www.instagram.com/lephotographe_/

Twitter : https://twitter.com/lephotographe_

Transcription de l’épisode :

On attribue la naissance de la photographie au début du 19e siècle plus précisément au alentours de l’année 1827 en France et plus précisément à Chalon-sur-Saône quand un inventeur Français Joseph Nicéphore Niépce combine 3 procédés chimiques découverts dans les décennies précédentes pour arriver aux débuts de la photographie telle qu’on la connaitra par la suite. Nicéphore meurt en 1833 et Louis Daguerre reprends tous ses travaux pour continuer à améliorer le procédé pour arriver à la création conventionnelle de la photographie le 7 janvier 1839 sous le nom de Daguerréotype,

Alors oui, la technique photographique à connu de nombreuses évolutions : les débuts sur plaque de cuivre, puis en verre jusqu’au détournement des films cinéma 70mm coupé en deux sur la longueur pour obtenir le format 35mm, par un certain George Eastman qui se trouvera être le fondateur de Kodak par la suite.

C’est avec le Kodak Brownie n°1 que la photographie allait devenir un loisir ouvert à tous, et c’est avec le Brownie n°2 qu’apparait un nouveau format de film : le 120 (ou moyen format) que l’on connait encore aujourd’hui, introduit en 1901 il est toujours utilisé aujourd’hui par une communauté très active, comme son petit frère le 35mm ou 135 introduit sous la forme de cartouches en 1934.

Depuis cette époque la, très peu de mouvement coté tailles de film jusqu’à ce que des géants photographiques dans le courant de l’année 96 sentent le vent des nouvelles technologies tourner et se décidèrent à introduire un nouveau format que vous connaissez tous aujourd’hui : l’APS !

Et oui, les capteurs APS-C de la plupart de reflex numériques que l’ont connait son basés sur cette taille de film, plus petit qu’un capteur dit plein format 24×36 puisqu’un film APS mesure «seulement» 16x32mm.

si ce format n’a jamais plu au grand public malgré une armée commerciale pour en venter les mérites, il comportait pourtant sur le papier une réelle avancée, il vous laissait le choix de faire des photos dans les formats que vous souhaitiez, classique, 16/9 ou encore panoramique.

Du à sa taille plus petite que le 35mm, la qualité d’image perçue était moins bonne, le développement plus compliqué pour les laboratoire et le fait que le film reste après développement dans la cartouche contrairement au 35mm on fait que ce type de film n’a eu qu’une durée de vie très courte, mais elle à pourtant influencé les constructeurs à l’heure du passage au numérique, puisqu’ils se sont basés sur cette taille pour réaliser leurs premiers capteurs numériques ..

L’arrivée du numérique en photographie a permis une notion qui n’était pas présente jusqu’à la : la réussite par l’échec .. je m’explique, en argentique, il fallait attendre plusieurs jours après sa photo pour avoir le résultat, en tirage papier impossible à retoucher ou modifier, il fallait donc être sur de ce que l’on faisait avant même d’appuyer sur le déclencheur ! En numérique, l’instantanéité offre la flexibilité de rater des photos et de s’en rendre compte de suite pour adapter ses réglage de prise de vues et essayer à nouveau dans la foulée !